• Inès Chassignole

"J'aimerai perdre du poids" : c'est quoi au juste, le poids ?


Le poids c’est simplement la somme de différentes masses présentes dans l’organisme : la masse maigre, la masse grasse, la masse osseuse et l’eau. Ni plus, ni moins.


Nous savons aujourd’hui que la masse grasse est une masse régulée, ce qui signifie que l’organisme met en jeu des mécanismes de régulation qui auront pour seule fonction de maintenir la stabilité de nos réserves énergétiques et donc de notre poids. Cette régulation est rondement mené par notre corps et indépendante de notre volonté : l’organisme tend inlassablement à nous ramener autour de cette valeur consigne, autrement dit, poids de forme.


Il est du rôle des sensations alimentaires (faim, rassasiement) d’assurer cette fonction régulatrice en contribuant à nous ramener au poids d’équilibre et nous y maintenir. C’est pourquoi respecter sa faim et sa satiété peut aussi bien conduire à maigrir quand nous sommes au-dessus de notre poids d’équilibre ou à grossir quand nous sommes en-dessous (Dr Zermati).

Le poids de forme, poids d’équilibre, valeurs consigne ou set-point c’est donc le poids que nous sommes prédestinés à faire, influencé par notre héritage génétique et notre environnement (alimentation, sommeil, tabac, stress, hormones, activité physique, traitement…). Il varie que faiblement (1 à 2 %) au cours de la vie si la régulation est optimale (ce qu’on appelle aussi l’homéostasie). Par exemple, une personne de 50 kg pourrait voir son poids varier de 5 à 10 kg tout au long de sa vie sans forcément que ce soit considéré comme anormal.


Mais il arrive parfois que le poids varie de façon plus importante et que le poids d’équilibre se dérégule : lors de prises de poids importante et/ou fréquente, ou dans un contexte pathologique, ou encore après un régime restrictif en réaction à une perte de poids importante ou à un contrôle mental important (restriction cognitive), que ce poids de forme augmente. Pourquoi et comment ?

Nous naissons tous avec un taux de masse grasse différente. Notre tissu adipeux contient donc un nombre variable de cellules graisseuses appelées adipocytes. Nous savons désormais que ce tissu est évolutif : il peut se modifier dans le temps. Quand l’énergie, apportée en quantité importante est stockée dans les cellules adipeuses, il se passe deux processus de stockage de l’énergie en excès :

  • les adipocytes grossissent en volume, c’est ce qu’on appelle l’hypertrophie et c’est un mécanisme réversible.

  • le recrutement de nouvelles cellules pour augmenter le nombre d’adipocytes et augmenter le stockage, c’est ce qu’on appelle l’hyperplasie qui est un mécanisme irréversible.


Il y a donc plus de cellule qu’au départ ce qui a pour conséquence d’augmenter le poids de forme et la valeur consigne. C’est une des raisons pour laquelle il est très difficile, souvent au prix d’une lutte acharnée et ininterrompue contre ses propres mécanismes de régulation, de maintenir un poids en dessous ou au-dessus de sa valeur de consigne. Le corps tendra toujours par vous y ramener (compulsions, faim permanente…). Ce n'est donc pas une question de volonté...

Il est certain que nous n’avons pas tous le même poids de forme et que ce poids ne peut pas être dépendant de la mode ou du bon vouloir de quiconque (même pour raison médicale, d’IMC…). L’aspect réversible de la prise de poids est un phénomène incertain qui invite à rester humble et prudent lorsqu’il s’agit d’accompagner une perte de poids. Prudence donc, face aux nombreux auto-proclamées spécialistes en nutriton qui vous affirment ou promettent le contraire: faites-vous accompagner par un vrai professionnel de santé !




1 vue0 commentaire