Comment profiter de la Chandeleur sans culpabiliser ?

 

La pâte à crêpe, dénuée de toutes garnitures n'est pas inintéressante en terme de nutrition et les recettes peuvent s'adapter au sans gluten en changeant les farines (farine de sarrasin, châtaignes, pois chiches...) et au goût de chacun en variant le lait utilisé pour diluer la pâtes, la bière, le rhum pour parfumer... pour un maximum de plaisir gustatif ! Y incorporer du sucre dès la préparation de la pâte, n'est pas forcément nécessaire : pour la note sucrée, faites place à la garniture ! 

 

Mais sont-elles toutes égales ?

 

Non! Elles ne sont pas toutes égales et aucune n'est redoutable tant que vos consommations font sens pour vous et qu'elles sont totalement acceptées. 

 

Pour le versant salé, l'utilisation de charcuteries, de fromages, de crème fraîche augmentera nécessairement les calories de votre crêpe, ce n'est pas un problème pour autant, la balance calorique tendant à l'équilibre sur une voire plusieurs journées : vos sensations pouvant vous indiquer la suite des prises alimentaires. 

Des légumes cuisinés, encore croquants avec de fines lamelles de poulet, dinde ou charcuteries maigres (jambon blanc, bacon, viande des grisons...) et une petite sauce légère raviront vos papilles également! Innovez sur les garnitures salées mais consommez ce dont vous avez envie, les techniques de substitution, d'évitement n'ont pas toujours de bons résultats à long terme! ;-) 

 

Pour le versant sucrée, il n'y a pas moins de choix : du coulis de fruit à la compote maison, aux fruits entiers ou réduits en confiture, sans oublier les inconditionnels pâtes à tartiner, crème de marron, caramel, sirop d'érable, sucre, cassonade... qui en font chavirer plus d'un. Bien-sur que ces garnitures ne se valent pas, là est toute la diversité de notre répertoire alimentaire. Pour autant manger exclusivement sur un mode "équilibré et sain" n'est sûrement pas tout à fait sain justement, d'autant plus si vous raffoler d'une pâte à tartiner! Barrez-lui la route, votre cerveau ne l'oubliera pas d'aussi tôt et mère frustration pointera le bout de son nez jusqu'à la prochaine tentative... 

 

Entre frustration et culpabilité, que faire ? 

 

Choisir! choisir, ce qui est bon pour vous et uniquement pour vous : en terme de goût, en terme de qualité de produit et en terme de quantité. 

Profitez du moment présent, pleinement conscient : n'embarquez pas à bord du train de vos habitudes, celui qui vous coupe de vos sensations et vous pousse à agir, parfois à tort, engendrant de la culpabilité. 

Dégustez, savourez, mâchez, prendre le temps de profiter de toutes les saveurs que vous offre ne serait-ce qu'une bouchée, car les papilles du goût sont dans la bouche, une fois déglutit il n'en reste plus grand chose. 

Osez vous faire plaisir, avec ou sans faim et vous seul êtes à même de déterminer quand ce plaisir aura un terme, afin qu'il n'y est pas de conflit de la tête (avec ses règles, ses jugements) ni du corps (sensation de "trop", inconforts...), mais un équilibre de bien-être avec une tête apaisée qui a profité selon ses valeurs et un corps qui a reçu des apports nutritionnels qui entrent dans la boucle d'une régulation sans fin.

 

Gardons en tête : Une petite marche post-prandiale aide toujours à apaiser une tête qui cogiterait trop ainsi qu'un corps qu'on aurait tardé à être écouter ;-) 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Actualités

Please reload

Archives
Post récent
  • Grey Facebook Icon
Suivez-moi

Jeûne, diète cétogène et cancer

September 29, 2019

1/10
Please reload

162 rue Alphonse-Baudin

01 400 Châtillon-sur-Chalaronne

105 Quai Charles de Gaulle
69006 Lyon

Tél.: 06 69 46 76 03

ic.dietetique@gmail.com

  • White Facebook Icon