• Inès Chassignole

VARIATION versus PRISE DE POIDS

Mis à jour : mai 14


La croyance selon laquelle les fêtes de fin d’année font grossir… est fausse !


Après un nombre incalculable d’évocation en consultation où je constate encore et toujours ce combat acharné contre la balance, il est temps de préciser un point de langage (et pas seulement !)


VARIATION versus PRISE DE POIDS


En se pesant régulièrement, on observe que le poids peut varier. Et régulièrement, ces variations (surtout si elles sont à la hausse…) sont sources de stress. On observe alors que ces variations lorsqu’elles sont constatées, induisent plus ou moins consciemment une volonté de contrôle, et comment ? En modifiant son rapport à l’alimentation sur les repas suivant pour tenter de corriger ces variations à la baisse.


Les observez-vous ?


Si oui, bonne nouvelle ! C’est que votre corps fonctionne tout à fait normalement. Ces variations du poids sont physiologiques ; elles sont normales et ne sont pas exclusivement dues à votre alimentation.


On ne prend / perd pas du poids quotidiennement ou sur une semaine, ou deux semaines… mais il est plus juste de dire que notre poids VARIE. A l’image de la météo : le temps change tout les jours, le climat finalement assez peu.

Alors autre bonne nouvelle du coup puisque tout ce fonctionnement est normal : il n’est plus nécessaire de les observer quotidiennement ou de manière pluri-hebdomadaire surtout si cela est lié à des pensées anxieuses.


J’insiste pour exemple, si chaque année Camille, 35 ans prenait 2 kg pendant les fêtes puis 3 kg à chaque retour de vacances (car ce post est valable en temps de fête mais aussi en temps de vacances, de sorties ou tout simplement de repas « un peu trop copieux ! ») ce qui ferait 5 kg par an (oui, oui), au bout de 5 ans elle aurait prit 25 kg ? au bout de 10 ans, 50 kg ?! Non… Car le poids, lorsqu’il varie, se rééquilibre de lui-même, en quelques jours, quelques semaines.


Cette confusion entre la variation et la prise de poids est souvent source de préoccupation corporelle excessive qui renforce l’idée et l’intention de contrôle : encore une fois, l’alimentation n’est pas source du problème mais c’est notre rapport à l’alimentation qui se retrouve bousculé.

(Alors la prochaine fois que vous montrez sur la balance, finalement, accueillez la météo du jour )

Une PRISE de poids ne peut s’observer que sur une échelle longue (plusieurs mois) alors... passez de bonnes fêtes de fin d’année, je vous souhaite de bons moments, du plaisir partagé (y comprit dans l’assiette !) et vous dis à la nouvelle année.


Les consultations reprendront à partir du mardi 5 janvier.

Bonnes fêtes de fin d’année !


Inspirée du post de F. saffer, diététicien.

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout